Archives du mot-clé sécurité au travail

Comment améliorer le bien-être au travail

Le bien-être au travail

Les mesures à respecter par l'employeur pour satisfaire les besoin d'épanouissement et bien-être des salariés

Définition du bien-être au travail

Le bien-être au travail ne s’applique pas uniquement sur la santé physique et sur la santé mentale. Elle peut faire référence à un sentiment général de satisfaction et d’épanouissement dans et par le travail qui dépasse l’absence d’atteinte à la santé. Le bien -être varie en fonction des salariés. C’est pour cela que l’employeur doit prendre un certain nombre de mesure afin de satisfaire au mieux l’ensemble de ses salariés pour une bonne efficacité au sein de son entreprise. C’est pourquoi ce guide nous allons voir les bons réflexes à adopter.

1-Des conditions de travail adaptées

Les conditions de travail traduisent la façon dont le salarié exerce son travail. Elles sont représentées par l’environnement des travailleurs sur leur lieu de travail.  Pour se sentir bien il faut avoir des équipements professionnels adaptés. L’espace de travail doit être agréable (lumineux, bureaux personnalisés, sièges réglable…). Dans certaines entreprises des œuvres d’arts sont mise en avant afin de développer la culture de ses salariés. L’ensemble de ces conditions permette de prévenir des risques psychosociaux (burn-out, stresse..).

2-La reconnaissance du salarié

La reconnaissance au travail est un facteur très important, chaque salarié a besoin d’être informé sur la qualité de son travail, encourager ses salariés est une méthode peu coûteuse pouvant avoir un impact direct sur leurs productivités. On peut également partager les réussites de l’entreprise en mettant en avant le travail effectué par les salariés. , afin que ces derniers se sente davantage impliqué dans la vie de l’entreprise des tâches supplémentaires peuvent être confiés et ainsi cela leurs permet de gagner en autonomie.

3-Mise en place de pratiques sportives au sein de l’entreprise

“Un esprit saint dans un corps saint“ telle est la devise suivit dans certaine entreprise. C’est pour cela que certaines d’entre elle propose des activités physiques à leurs salariés comme des activités de détente (yoga, relaxation, méditation) où bien des activités plus intensives (boxe, cross fit). Le fait qu’il y est une activité sportive et détente permet aux salariés de relâcher la pression et ainsi pour être d’avantage concentré lorsqu’ils reprendront leurs activités professionnelles.

4-Flexibilité des horaires

De nos jours les salariés ne souhaitent plus avoir des horaires fixes mais répartir leurs temps de travail sur l’ensemble de la journée. C’est pourquoi rendre les horaires de travail flexible sont pour certains salarié une source de motivation. De plus l’ère du numérique permet à n’importe qui de travailler de n’importe où c’est en ce sens que la démocratisation du télétravail permet à d’avantage de personnes de pouvoir travailler de chez eux et ainsi adapter leurs horaires en conséquence. 

5-La sécurité au travail

Les salariés veulent se sentir en sécurité sur leur lieu de travail. L’accès au travail doit être sécurisé (clef, badge etc..).  Dans certain secteur d’activité la sécurité est primordiale pour les salariés (BTP) c’est pourquoi des dispositions sont mise en place (normes de sécurité renforcé, étirement en début de journée) afin de prévenir des risques de blessure voire des accidents grave.

Conclusion

Nous savons qu’il est difficile de satisfaire l’ensemble des salariés car ces derniers ont attente diverse et variés. Toutefois le point précédemment cité constitue le socle commun de bien-être au travail pour l’ensemble des salariés. Il faut que l’employeur soit à l’écoute des différents besoins afin d’y répondre au mieux et ainsi préserver la santé de ces subordonnées. 

comité de sécurité et d'hygiène maroc

CSH (Comité de sécurité et d’hygiène)

Sécurité du travail

Le CSH a pour rôle de contribuer à la protection de la santé et de la
sécurité des salariés ainsi qu’à l’amélioration de leurs conditions de
travail. Composé d’une délégation du personnel (c’est-à-dire de salariés
élus) et présidé par le chef d’établissement (ou son représentant), il doit
obligatoirement être constitué dans les entreprises dont l’effectif compte

au moins 50 salariés. En l’absence de CSH, son rôle revient aux délégués
du personnel. Concrètement, le CHS est doté de moyens (crédit
d’heures pour les salariés qui en sont membres, rapport écrit annuel remis
par la direction d’entreprise, possibilité de recourir à des experts extérieurs)
qui lui permettent de mener à bien différentes missions :

  • Analyser les risques professionnels auxquels peuvent être exposés les salariés fragiles (en particulier les femmes enceintes).
  • Vérifier le respect des règles de sécurité.
  • Prévenir les risques professionnels par la mise en oeuvre d’actions d’information et de prévention.
  • Analyser les causes et les circonstances des accidents du travail et maladies professionnelles.

par ailleurs, le CSH doit obligatoirement être consulté avant la mise en
oeuvre d’aménagements de travail (par exemple, de nouveaux locaux) ou
d’une nouvelle organisation susceptibles d’affecter les conditions de
travail. Il se réunit au moins une fois par trimestre, mais aussi à la suite de
tout incident justifiant son intervention (suicide, découverte d’amiante
dans les locaux, accident grave, etc.). Les salariés membres du CSH
bénéficient des mêmes protections (notamment contre le licenciement)
que les membres du comité d’entreprise.